Nos actions

France 2 dans des combats douteux par Patric Jean

Zéromacho exprime son indignation après les récentes soirées de France 2.

Capture d’écran 2013-04-08 à 16.22.55

Le 4 avril 2013, l’émission « Complément d’enquête » a diffusé le sujet « Où sont les hommes ? » Il aurait suffi à Benoît Duquenne et son équipe de regarder l’organigramme de leur propre entreprise pour trouver la réponse : aux postes de commande, comme partout. Dans la finance, l’économie, la politique, la science, la culture, la santé, nous les hommes occupons toujours les places de commandement et de prestige, avec les privilèges qui en découlent.

Au contraire, l’émission a aligné une litanie de clichés sexistes et misogynes : il y aurait une « guerre des sexes » et non des injustices imposées aux femmes, le machisme aurait disparu et les femmes, ayant obtenu l’égalité de droits, auraient dans notre société toute la place qu’elles méritent…

Enfin, on a repris sans aucune distance la diatribe masculiniste sur la prétendue injustice en matière de garde d’enfants, qui serait organisée au détriment des pères. Faut-il encore rappeler que près de 80 % des enfants sont confiés à leur mère parce que leur père ne demande pas la garde alternée, se satisfaisant d’un week-end sur deux, avec la liberté qui l’accompagne ?

Le 5 avril 2013, l’émission « Ce soir ou jamais » s’est de nouveau illustrée sur le thème de la prostitution. Le débat a opposé quatre défenseurs de la prostitution (et quels experts, notamment Eric Zemmour et Elisabeth Lévy !) à une seule personne considérant qu’il s’agit d’une violence exercée contre les femmes, la sénatrice Laurence Rossignol.

Toute la journée, la production s’était échinée à chercher une femme qui viendrait débattre face à quatre adversaires, avec pour argument que la lutte contre la prostitution, minoritaire dans la société, devait donc être minoritaire sur le plateau…

Comme 66 % des Français se déclarent au moins « un peu racistes », la lutte contre le racisme est donc minoritaire dans notre société. Imagine-t-on pourtant un débat sur le racisme aussi déséquilibré ? Mais quand il s’agit de femmes, tout semble permis sur France 2 !

Le comble : oser dire en direct qu’il est « difficile de trouver un intellectuel qui prône l’abolition de la prostitution » ! Est-ce donc un hasard si c’est déjà « Ce soir ou jamais » qui a déroulé le tapis rouge le 11 décembre 2012 devant « Dodo la Saumure » ? Alors que le parquet de Lille venait de requérir contre lui une peine de dix ans de prison, il a pu vanter, sans aucun contradicteur, son activité de proxénète !

En tant que réseau international d’hommes engagés contre les inégalités et les violences infligées aux femmes, nous sommes scandalisés de voir apporter un tel crédit à des stéréotypes soutenant le pouvoir des hommes. Est-ce bien le rôle d’une télévision de service public ?

En tant qu’hommes, nous invitons Messieurs Taddéi et Duquesne, ainsi que leurs équipes, à ouvrir les yeux : oui, nous vivons dans une société violente et injuste à l’encontre des femmes !

Nous, responsables du réseau Zéromacho qui travaille à construire une société plus juste, les invitons à faire œuvre pédagogique pour faire valoir les idéaux de la République : liberté, égalité et fraternité.

Patric Jean, Gérard Biard et Fred Robert,
porte-parole de Zéromacho

5 réflexions sur “France 2 dans des combats douteux par Patric Jean

  1. Merci pour cet article !
    En tant que femme je me dis souvent : Punaise, ce n’est pas possible ce qu’on nous montre à la télévision. Je ne sais pas si c’est de l’aveuglement ou de la manipulation mais les faits sont bien là.
    Heureusement que Zéromacho et d’autres organisations ouvrent les yeux, gardent le cap et peuvent pointer du doigt ces dérives admises par beaucoup.
    Bonne continuation Zéromacho

  2. C’est 72 % de domiciliation auprès de mères après séparation , et de manière consensuelle comme vous l’indiquez fort justement. Cela tombe à 56 % en cas d’appel de la décision quand il n’y a pas consensus et demande non convergente.
    3 pères sur 4 qui demandent une résidence alternée l’obtiennent.
    Bref, comme dirait si justement mr Patric Jean… »il n’y a pas de problemes » sauf pour des grutiers topés pour violences et enlèvements, qui revendiquent en prime la garde total des mômes, voire de BB.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s