Le manifeste

Rosen Hicher arrive à Paris, venez l’accueillir avec Zéromacho !

Vous voulez changer le monde ?

Venez accueillir Rosen Hicher à son arrivée à Paris dimanche 12 octobre, porte d’Orléans à 10h30 (statue) !

Rosen Hicher, survivante de la prostitution, a décidé de marcher pour l’abolition : 700 km à pied !

Capture d’écran 2014-10-10 à 15.04.49

La proposition de loi visant à abolir le système prostitutionnel, votée par l’Assemblée Nationale le 4 décembre 2013, doit être votée par le Sénat. Encore faut-il qu’elle soit inscrite à l’ordre du jour, ce qui suppose l’assentiment du gouvernement.

Pour faire pression sur les élus et les gouvernants, pour prendre à témoin l’opinion publique, Rosen Hicher marche : elle est partie de Saintes, son dernier lieu de prostitution, le 3 septembre et va jusqu’à Paris, où a commencé sa prostitution.

« J’ai eu plus de 30 000 clients dans ma carrière de prostituée », explique-t-elle dans une tribune publiée par Libération. « Plus de 30 000 rapports sexuels dont je ne voulais pas, que je refusais de tout mon corps. 30 000 fois la sensation d’être niée, réduite à néant, d’être une femme robot. 30 000 fois, j’ai subi le défilé de ces hommes indifférents, sûrs de leur bon droit. »

Voir le texte complet ici.

La marche de Rosen Hicher, c’est aussi un signe de solidarité avec d’autres femmes, comme l’auteure de ce témoignage.

Nous comptons sur vous ! A Paris le 12 octobre !

Une réflexion sur “Rosen Hicher arrive à Paris, venez l’accueillir avec Zéromacho !

  1. A reblogué ceci sur tangakamanuet a ajouté:
    Je ne désire plus employer ni me faire complice d’écrits où les femmes sont traitées péjorativement de façon généralisée (de nombreux hommes s’emparent de ces généralisations pour leur haine et mépris des femmes).
    Ainsi aussi, d’ailleurs, je propose que les hommes qui ne veulent pas être simplement des « mecs », s’emploient à éviter systématiquement des mots de vocabulaires que « l’usage populaire » a détourné pour déprécier les femmes et leurs activités : car, souvent, les féminins de mots dont le concept est glorieux pour les hommes, deviennent injurieux pour les femmes (la liste est longue !!).
    Ainsi aussi, je refuse d’employer – et je propose ou suggère à toute personne décente de me suivre en cela – les (gros) mots qui utilisent à cet effet les désignations de parties du corps féminin, spécialement les zones génitales ou érogènes : je pense évidemment à toute la liste de « con, connard, connasse, ducon, déconner, connerie » qui ont incroyablement intégré toute conversation dite branchée chez toutes les générations actuelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s