Le manifeste/Nos actions

De la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (1789) à la Déclaration des droits humains des citoyennes et des citoyens

Droits humains haut

La célèbre Déclaration des droits de l’homme et du citoyen a été votée en 1789 par des députés qui étaient tous des hommes, et au seul bénéfice des hommes : elle ne s’appliquait ni aux femmes ni aux esclaves.
Zéromacho adapte l’image et le texte à la mixité afin de promouvoir l’égalité des droits. Cette représentation symbolique, placée sous l’égide du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh), pourra être affichée partout en France, pour mettre l’accent sur la mixité des valeurs républicaines.

Le titre devient « Déclaration des droits humains des citoyennes et des citoyens«  et tout le texte est adapté en ce sens. (texte intégral)

Éléments historiques

 Le 27 août 1789, à Paris, l’Assemblée nationale vota, en présence du roi, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Ce texte s’inspirait de la Déclaration des droits d’Angleterre (1689), de celle de l’État de Virginie (1776), ou encore de la Constitution de l’État du Massachusetts (1780). Les députés avaient prévu de compléter, après l’adoption de la Constitution, ce texte inachevé, provisoire et partiel, mais en furent empêchés par la chute de la monarchie constitutionnelle (1792). De nouveaux projets furent publiés : celui de Condorcet qui abolissait la prostitution (1793), puis une Déclaration jacobine (1793), enfin une Déclaration des droits et devoirs (1795). Néanmoins, c’est la Déclaration de 1789 qui resta dans les esprits, avec le tableau célèbre de Jean-Jacques-François Le Barbier, conservé au musée Carnavalet, à Paris.

Symboles et changements apportés

par Zéromacho en 2015

Capture d’écran 2015-02-25 à 18.58.31Declaration-des-Droits-Humains-A2-FINAL-V3

Le texte est représenté comme de modernes Tables de la Loi  (rappel de la tradition juive selon laquelle Dieu aurait ainsi transmis à Moïse les Dix Commandements).

Sur fond de ciel, les Tables sont surmontées par un delta (triangle entouré de rayons solaires et portant au centre un œil) ; issu de la tradition judéo-chrétienne qui y voit l’œil de Dieu, ce symbole est utilisé dans l’iconographie de la franc- maçonnerie française qui se développe au 18e siècle, et il peut aussi signifier l’œil de la Raison.

Deux personnages féminins encadraient le texte. Celui de gauche symbolisait la monarchie française avec sa couronne et ses fleurs de lys, la chaîne brisée signifiant la libération accomplie par la monarchie devenue constitutionnelle.

Zéromacho a remplacé l’image de la monarchie par celle d’Adam, le premier homme dans la tradition biblique, tel que Michel-Ange l’a peint au plafond de la chapelle Sixtine. Au lieu de toucher le doigt de Dieu, Adam tend un niveau, symbole d’égalité, à la femme qui lui fait face. Contrairement aux représentations sexistes traditionnelles, c’est l’homme qui est montré nu face à une figure féminine vêtue.

À droite, la Liberté ou la Nation libérée est ailée. De son sceptre (symbole de pouvoir), dirigé vers le delta, et de son doigt, qui pointe vers la Déclaration, elle semble indiquer que les droits de l’homme seront respectés sous l’égide de la Raison.

Au centre, sous le titre, figurait un ouroboros, figure représentant un serpent qui se mord la queue.

Zéromacho a remplacé ce symbole d’éternel retour par un niveau à fil, signifiant l’égalité, qui occupait cet emplacement dans la gravure de la même œuvre.

Au-dessous, on peut voir le bonnet phrygien, symbole de liberté choisi par les révolutionnaires en lien avec le bonnet que les esclaves affranchis portaient à Rome, et la lance, c’est- à-dire la puissance militaire, entourée d’un faisceau représentant la force de l’unité. La guirlande de laurier qui orne le haut des tables est une image du pouvoir — la couronne de laurier était l’attribut des vainqueurs et des souverains —, et elle repose sur les nouveaux droits proclamés.

Alors que ce texte fondateur oubliait la moitié de l’humanité, Olympe de Gouges proposa en 1791 la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, qui fut refusée par la Convention ; elle avait écrit « La femme a le droit de monter à l’échafaud; elle doit avoir également celui de monter à la tribune » ; elle fut guillotinée en 1793.

Zéromacho a adapté la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pour qu’elle s’applique à toute l’humanité et non plus aux seuls hommes. Sur le modèle de l’anglais, de l’allemand, de l’italien, de l’espagnol ou du russe, « droits de l’homme » est devenu « droits humains ».Par cette action symbolique, Zéromacho, réseau international d’hommes pour l’égalité, veut réparer une injustice masculine au détriment des femmes. Il contribue ainsi à construire un monde plus juste, où règnera l’égalité des femmes et des hommes.

L’affiche sera prochainement disponible à la vente.

 

 

8 réflexions sur “De la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (1789) à la Déclaration des droits humains des citoyennes et des citoyens

  1. « Par cette action symbolique, Zéromacho, réseau international d’hommes pour l’égalité, veut réparer une injustice masculine au détriment des femmes ».
    Corriger une image dépassée d’une proclamation pas encore universelle, était-ce bien utile ? La rattacher à une institution actuelle spécifiquement française (Haut-Conseil), n’était-ce pas réduire à nouveau l’universel à une nation ?
    Y laisser ou y introduire plusieurs indications religieuses (les tables de Moïse, l’œil de Dieu, l’Adam créé par Dieu, l’ange emplumé…) ou politiques (le bonnet, le sceptre, la lance…), toutes conçues par des hommes, et par des blancs, était-ce bien indiqué ?
    S’attribuer ce changement souverain en tant que « Groupe d’hommes », n’est-ce pas persister en position dominante, venant de « donneurs de leçon » ? La dénommer « réparation », n’est-ce pas s’absoudre à bon compte, et en y englobant tous les hommes ?
    S’excuser de cette image machiste vieille de plus de 225 ans, et laisser l’initiative à des groupes de femmes, en s’y associant comme simple groupement, n’eut-ce pas été plus adroit et plus modeste ?
    Signataire de votre manifeste, je pose la question…

  2. C’est surtout zéro savoir. Homme est ici employé comme forme neutre, pas comme forme du masculin. Et plutôt que réécrire l’histoire et s’en prendre à un témoignage historique qui doit garder son intégrité parce que précisément il a valeur de témoignage, il vaudrait mieux concentrer son énergie sur le présent.

  3. Pingback: #feminisme : encore Bouvet, cette fois posant en son trouble manifeste d’insécurité sexuelle. | les échos de la gauchosphère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s