Action n°29

retour / back
6 janvier 2014 

Espagne. Après l’adoption d’un avant-projet de loi restreignant considérablement le droit d’avorter garanti par la loi de 2010, nous écrivons au Président du conseil pour lui demander de respecter le droit des femmes à maîtriser leur fécondité.

Spain. After the approval of a draft-law that would considerably restrict the right  to abortion guaranteed by the 2010 law, we write to the President of the Council asking him to respect women’s right to control their fertility.

Droit d’avorter : Zéromacho apporte son soutien aux Espagnoles ; écrivez au Président du Conseil !
Abortion right: Zeromacho supports Spanish women; write to the President of the Council!

[English text below]

Zéromacho en 2 014 :

agissons ensemble pour un monde sans machisme !

Depuis que nous avons fondé Zéromacho, réseau international d’hommes engagés pour un monde plus juste et moins violent, 2 179 hommes de 53 pays nous ont rejoints en signant le manifeste contre le système prostitueur et pour un monde d’égalité et de respect.

Nous avions choisi comme premier engagement anti-machiste la lutte contre le système prostitueur, car dans la prostitution convergent plusieurs oppressions : sexiste, raciste, jeuniste, classiste, ultra-libéraliste, etc. Ce travail continuera en 2 014, au moins en France où la loi votée par l’Assemblée nationale doit encore être votée par le Sénat.

Nous sommes aussi engagés pour une sexualité libre et pour l’égalité femmes-hommes, ce qui va inspirer d’autres actions.

En premier lieu, nous apportons notre soutien à des victimes de la violence machiste. Il s’agit des Espagnoles, car une régression brutale menace un droit fondamental des femmes, celui d’avorter. Ce sujet nous concerne : nous sommes sensibles à la détresse de femmes enceintes contre leur volonté, à la violence de grossesses non désirées et imposées.

Le gouvernement espagnol a adopté le 20 décembre 2013 un avant-projet de loi sur « la protection de la vie de l’être conçu et des droits de la femme enceinte » qui revient sur la loi libérale de 2010. Le nouveau texte interdit l’avortement sauf dans deux cas :

  • si la grossesse résulte d’un viol pour lequel une plainte a été déposée ;
  • si elle menace « de manière durable ou permanente la santé physique ou psychique » de la femme enceinte.

Les cas de malformation du fœtus ou d’inceste ne sont pas pris en considération.

Dans l’Union européenne, 2 des 28 États-membres, Malte et l’Irlande, interdisent l’avortement. L’Espagne sera-t-il le troisième ?

Partout où les femmes sont privées du droit d’avorter, elles ont recours à des pratiques illégales ; seules les plus riches peuvent se faire avorter sans prendre de risques pour leur santé.

Face à une régression aussi brutale, les Espagnoles ont besoin de la solidarité des démocrates du monde entier.

Le réseau international Zéromacho leur témoigne publiquement sa solidarité en adressant ce jour au gouvernement espagnol une lettre (voir ci-dessous, avec la traduction en espagnol).

Nous vous invitons à écrire à l’ambassade d’Espagne dans votre pays (en France, son adresse est 22 avenue Marceau 75008 Paris) ; vous pouvez vous inspirer de notre texte, le copier ou y ajouter votre touche personnelle.

Ecrivez par la poste, c’est beaucoup plus efficace qu’un courriel, et demandez que votre message soit transmis à Mariano Rajoy, Président du conseil des ministres, auquel vous pouvez aussi écrire au Palacio de la Moncloa. Av. Puerta de Hierro, s/n, 28071 Madrid, Espagne.

<< Monsieur le Président du Conseil,

Votre gouvernement a adopté le 20 décembre 2013 un avant-projet de loi sur « la protection de la vie de l’être conçu et des droits de la femme enceinte » qui restreint considérablement le droit d’avorter garanti par la loi de 2010.

La suppression brutale de ce droit serait sans précédent dans l’histoire des démocraties. L’Espagne s’honorerait plutôt à poursuivre dans la voie ouverte depuis la fin de la dictature pour lutter contre les discriminations, injustices et violences infligées aux femmes.

Au nom des 2 179 hommes du réseau Zéromacho dans 53 pays, nous vous demandons de respecter le droit des femmes à maîtriser leur fécondité.

Veuillez agréer, Monsieur le Président du Conseil, l’expression de notre haute considération.

Señor Presidente:

Su gobierno ha adoptado el 20 de diciembre un anteproyecto de ley sobre « la protección de la vida del concebido y de los derechos de la mujer embarazada » que restringe considerablemente el derecho de abortar que garantizaba la ley de 2010.

La supresión brutal de ese derecho no tiene precedentes en la historia de las democracias. Por el contrario, España se honraría si continuara la vía abierta desde el fin de la dictadura en la lucha contra las discriminaciones, injusticias y violencias sufridas por las mujeres.
En nombre de los 2 179 miembros de la red Zeromacho de 53 países, le pedimos que respeten el derecho de las mujeres a controlar su fecundidad.

Atentamente, >>

Zeromacho in 2014:

let’s ACT TOGETHER for a machismo-free world!

Since we founded Zeromacho, international network of men committed for a fairer and less violent world, 2,179 men of 53 countries joined us signing the manifesto against the prostituting system and for a world of equality and respect.

The first commitment we chose against machismo was the struggle against the prostituting system. Many oppressions are converging in prostitution: sexism, racism, ageism, classism, ultra-liberalism, etc. We’ll pursue this work in 2014, at least in France where the law voted by the National Assembly still has to be voted by the Senate.

We are also committed for free sexuality and female-male equality, which will inspire us other actions.

First of all, we support Spanish women victims of machist violence: a  brutal step back threatens a fundamental women’s right, the abortion right. This matters to us: we feel empathy towards distressed women who are pregnant against their will, we denounce the violence of undesired and forced pregnancies.

The Spanish government passed on December 20th of 2013 a draft-law on « protection of the unborn baby and pregnant women’s rights » reforming the 2010 liberal law.

According to the new rules, abortion is banned except in two cases :


  • if pregnancy is consecutive to a rape for which a complaint has been lodged.

  • if  pregnancy poses a serious « ongoing and lasting » risk to the physical or mental health of the pregnant woman. 


Abortion in case of malformation of the fœtus or incest is not an option.

In the European Union, abortion is banned in Malta and Ireland, 2 states among the 28 members. Should Spain be the third one?


Everywhere women are denied the right for free abortion, they use illegal practices: only wealthy women can afford an abortion without endangering their health.  


 Confronted to such a brutal step back, the Spanish women need the solidarity of all democrats around the world.

The Zeromacho network publicly expresses its solidarity by sending a letter to the Spanish government (see below).
We invite you to write to the Spanish embassy in your country. You can take inspiration from our text, copy it or add your personal touch. 

A postal letter is more efficient than an e-mail ; please ask for your message to be transmitted to Mariano Rajoy, President of the Council of Ministers.
 You can also write to him (Palacio de la Moncloa. Av. Puerta de Hierro, s/n, 28071 Madrid, España).

<< Mr President of the Council,



Your government passed on December 20th of 2013 a draft-law on « protection of the unborn baby and pregnant women’s rights », restricting considerably the right for free abortion guaranteed by the 2010 law. The brutal suppression of this right would be unprecedented in the history of democracies. Spain would gain more consideration by continuing to move on and fight discrimination, injustice and violence against women, as it has been the case since the end of dictatorship. 



In the name of the 2,179 members of the Zeromacho network in 53 countries, we ask you to respect the right of women to control their fertility.

Please accept, Mr President of the Council, the expression of our highest consideration. >>

(Spanish translation above)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s