FAQ

FOIRE AUX QUESTIONS
FREQUENTLY ASKED QUESTIONS

ICI les réponses de Zéromacho aux 37 objections les plus fréquentes sur la prostitution
à télécharger en Français | English | Deutsch | Español | Italiano

ICI les réponses de Zéromacho aux objections sur l’égalité femmes-hommes
à télécharger en Français | English | Español | Italiano

Et aussi quelques questions sur la prostitution :

  1. Avoir recours à la prostitution n’est-ce pas un besoin naturel indispensable de l’homme ?

    Evidemment. Aussi naturel que le « besoin » qui mène au viol, au meurtre, et à l’inceste si on aime ses enfants

  2. Pourquoi punir les « clients » des personnes prostituées ? Que font-ils de mal ?

    Pour une fois, essayons de ne pas nous en prendre aux victimes mais aux complices. La prostitution n’est pas une question de sexualité féminine mais de domination masculine : la quasi-totalité du « marché » de la prostitution, y compris la prostitution masculine, s’adresse à des hommes.

  3. Qu’est-ce qui changerait si l’on interdisait la prostitution ? Augmentation des viols , Fin de la liberté sexuelle ?

    Dire que supprimer la prostitution augmenterait le nombre de viols, c’est reconnaître implicitement que le recours à la prostitution est une sexualité de viol. Au lieu de se faire sous la menace d’un couteau, il se fait sous la promesse d’un billet. Supprimer la prostitution, c’est supprimer autant de viols. La prostitution n’a rien à voir avec la liberté sexuelle. Ou alors, ouvrons des bordels avec l’inscription « la prostitution rend libre » au fronton et attendons de voir l’effet que ça fera dans les livres d’Histoire.

  4. Si ces personnes doivent renoncer à la prostitution, ne tomberont-elles pas dans une situation bien pire après ?

    Pire que de se laver le cul dix fois par jour avec du savon antiseptique ? Pire que de se faire éjaculer dessus par des inconnus ? Pire que de se faire tabasser par son mac ? Et tiens, au fait : pourquoi « pute » est une insulte ?

  5. Si une personne choisit cette façon de gagner de l’argent, pourquoi lui interdire ?

    D’accord, mais à condition d’en faire un métier comme les autres, avec des annonces à pôle Emploi. Et radiation des chômeuses qui refusent de faire ce métier d’avenir. Qui plus est, le proxénète devrait aussi être considéré comme un patron comme un autre. Installons Dodo la saumure à la tête du Médef !

  6. Obtenir le plaisir sexuel n’est-il pas un droit de l’Homme ?

    Si, et c’est pour ça qu’il a inventé la masturbation. Vive l’autogestion !

  7. Et pour ceux qui ont des besoins insatisfaits ?

    Voir réponse précédente.

  8. Si certains hommes préfèrent recourir à une personne prostituée, pourquoi les en empêcher ? Ne vit-on pas en démocratie ?

    Encourager les pauvres à se faire enfiler pour de l’argent, ça ne s’appelle pas la démocratie, mais le capitalisme sauvage. Actuellement, des milliers de personnes à travers le monde occupent les places boursières pour expliquer ça.

4 réflexions sur “FAQ

  1. bonjour, je n’ai pas bien compris ou vouliez en venir avec la violence d’autant plus que j’ai trouvé cette image qui met en scène des prostituées : ah je ne sais pas attacher une image

  2. Bonjour,
    et merci de me donner l’occasion de m’exprimer.
    Je suis un peu surpris par le ton ironique, acerbe et moraliste de cette FAQ.
    Je suis moi-même féministe, mais très embêté quand il s’agit de prostitution; j’ai du mal à me définir une attitude, un point de vue.
    J’ai vu une émission hier à ce propos, dans laquelle une prostituée expliquait la difficulté d’ouvrir une porte d’hôtel pour retrouver son client, et y voir un petit être très laid et repoussant. Elle poursuivait en expliquant qu’elle est allée dans la salle de bain pour pleurer sur son sort. Et je reconnais qu’il n’est peut-être pas enviable.
    Mais retournons le point de vue, et envisageons maintenant celui du laideron: n’est-ce pas également humiliant pour le petit être laid qui n’a même pas été interviewé? La honte n’est-elle pas sur lui plutôt que sur la prostituée? Lui doit s’abaisser à payer quelqu’un pour avoir des relations. Est-il heureux avec cela? Est-ce choisi pour lui? A-t-il une autre solution ? A part l’abstinence et l’onanisme…
    Quelle manque de symétrie… Elle se plaint, car elle sait que des hommes sont prêts à payer des fortunes (elle évoque un RMIste qui vient la voir dès qu’il touche sa « pension ») pour profiter de son corps. Et elle: serait-elle prête à payer quoi que ce soit pour une relation sexuelle? Dans l’émission, une de ses collègues disait qu’elle tapinait par dépit amoureux. Qu’elle ne s’imaginait même plus faire l’amour sans gagner de l’argent. Combien d’hommes pourraient dire cela? Qui domine qui, quand l’un des genres se met en quatre pour avoir les faveurs de l’autre ?
    Toujours dans la même émission, une étudiante explique qu’en une soirée, elle a gagné la même chose qu’en un mois de salaire de boulot étudiant. Et son voisin d’amphi ? Qu’en est-il pour lui? A-t-il la possibilité d’éviter de servir dans un fast food tous les soirs? Dans ce cas-la, la prostitution est-elle une honte ou une chance ?
    Un peu plus tard, l’une des prostituées de l’émission nous évoque un mari qui achète des fleurs à son épouse et, le bouquet en main, demande un vase à la prostituée pour que les fleurs ne dépérissent pas pendant la passe. Et de conclure: quelle pauvre épouse. Pas si sûr. N’est-elle pas elle-même satisfaite d’avoir des fleurs et un mari? Est-elle privée des avances de son mari ? A mon avis non. C’est elle qui depuis qu’elle a eu ses enfants, dit à son mari « pas ce soir, j’ai la migraine ». Est-ce vraiment méchant de la part du mari que de respecter ce manque de désir, de continuer à la choyer malgré tout, tout en respectant sa propre libido ? N’est-ce pas également une forme de respect pour son épouse?

    Pour en revenir à votre FAQ, je suis d’accord avec vous: pour réduire (détruire ?) la prostitution, il faut pénaliser le client. C’est évidemment en tarissant le flux d’argent que la prostitution et le proxénétisme disparaîtront. Mais il me semble que vous confondez proxénétisme et prostitution, notamment lorsque vous suggérez que se faire tabasser fait partie des conditions de travail des prostituées. En voilà une idée: organiser la profession, une convention collective, une couverture sociale, un suivi médical professionnel. Pourquoi pas? Vous le dites avec ironie, je le propose avec sérieux. Mais c’est un vieux débat sur les maisons closes…
    Ceci dit, pour en revenir à mon cas particulier, je préférerai voir disparaître la prostitution (et ainsi toutes les conditions négatives que vous évoquez, avec en premier lieu le proxénétisme, la traite humaine, l’esclavage et le tourisme sexuel). Mais par la société elle-même plutôt de par des lois pénalisantes. A quand des relations hommes/femmes plus symétriques ? A quand des hommes sifflés dans la rue par des femmes qui en voudraient à leur c$#@ (« Hue » ? « Houille » ? à vous de choisir…) ? A quand des clubs de danse où les hommes se feraient inviter autant que les femmes ? A quand des sites de rencontres avec autant de femmes que d’hommes, et où les femmes paieraient autant que les hommes ? A quand les promotions canapés pour ces messieurs ? Dans ce monde-là, la prostitution n’aurait plus lieu d’être et disparaîtrait. Peut-être pourrions-nous arrêter de vois la prostitution comme la cause d’un malheur, mais plutôt comme la conséquence d’une société malade ? C’est parce que la société est sexiste que la prostitution existe; et non le contraire. Luttons pour une société féministe, et la prostitution disparaîtra.

    Julien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s